Accueil Membres Chat Box Synthèse Avatars Rechercher Inscription Connexion

Vous n'êtes pas identifié.


Accueil » Analyses fondamentales » 

La Russie va-t-elle connaître un décollage “à la chinoise” ?


Pages: 1

#1 ⇑ Haut ⇑ 05-09-2012 09:08:19

Bruno
Trader, Analyste, et webmaster Tribuforex
Forex
Date d'inscription: 07-12-2008
Messages: 47300
Réputation :   31 


Le livre Tribuforex :
Livre de Trading
Prix : 49€
"Trading à sens unique"
Ecrit par :
Bruno Dupray
et Vincent Launay


Recommandations Facebook :

La Russie va-t-elle connaître un décollage “à la chinoise” ?

La Russie est enfin fréquentable !

Depuis le 23 août dernier, la Russie est entrée officiellement dans l’Organisation mondiale du commerce. Après 18 ans de négociations, ce pays s’est enfin acheté une respectabilité sur les marchés internationaux.

Redorer son blason, la Russie en avait besoin. Depuis un an, les accros se sont multipliés. Du départ du précieux ministre des Finances Alexeï Koudrine, au limogeage du maire de Moscou en passant par la honteuse passation de pouvoir entre Vladimir Poutine et Dimitri Medvedev, la Russie était en panne de crédibilité.

OMC : trois lettres qui sont synonymes de respectabilité, de croissance et de relations cordiales. Le scénario semble similaire à celui qui a amené la Chine à intégrer cette organisation en 2001. L’intégration de Pékin n’avait-elle pas signée la rupture définitive avec son passé communiste ?

Il est tentant d’établir un parallèle avec Moscou. Pourtant les deux situations sont extrêmement différentes. Car désormais un point est certain, la Russie ne profitera pas autant de cette intronisation que son voisin oriental.

Seule une poignée de secteurs peuvent se frotter les mains.

Voici lesquels :

La Russie de 2012 n’a rien à voir avec la Chine de 2001
C’est un fait, la Chine a profité abondement de son entrée dans l’OMC. Après 2001, les exportations chinoises ont bondi de 20% par an ! De même, les investissements étrangers (IDE) ont été multipliés par cinq en 10 ans. !

Rétrospectivement, on s’aperçoit que la méthode était simple : la Chine a su profiter à fond de son faible coût du travail pour inonder le monde de produits manufacturés peu chers. Textile et petit électronique dans un premier temps, écrans plats et PC ensuite.

Rien de tel avec la Russie. Les coûts du travail sont au contraire parmi les plus hauts des pays émergents.

Surtout, la Russie est entrée dans l’OMC avec une toute autre ambition.

Un gage de stabilité
La Russie souffre d’un déficit d’image. Cette adhésion est un gage donné aux investisseurs de l’engagement du Kremlin dans la mondialisation.

Comme le rappel Thomas Gomart, directeur du développement stratégique de l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI) et spécialiste de la Russie, “grâce à son adhésion à l’OMC, la Russie rassure les investisseurs. Ils vont avoir l’impression d’investir dans un cadre plus propice que par le passé, une base légale pour normaliser les relations économiques“.

Oui, à la différence de la Chine, la Russie ne va pas se servir de l’OMC pour inonder le monde de ses produits. Vous savez pourquoi ?

Parce que c’est déjà le cas. !

Le secteur de l’énergie est déjà libéralisé
La Russie est un pays essentiellement minier et énergétique. Son solde commercial parle pour elle :

Les exportations de produits énergétiques et miniers se sont élevées à 212 milliards d’euros l’année dernière, selon le cabinet d’analyses Global Intelligence Alliance, et à 191 milliards d’euros pour les carburants. Ces deux secteurs constituent de loin les deux premiers excédentaires de la balance commerciale russe.

Surtout, alors que la Chine tarde à faire émerger quelques grandes marques à l’international, les firmes comme Gazprom, Novatek ou Rosneft sont déjà des acteurs de statures internationales. Total, Shell ou encore ExxonMobil n’ont eu aucun mal à conclure des accords avec ces firmes ces dernières années.

Par contre, on ne peut pas en dire autant des autres secteurs de l’économie russe. Or la confrontation internationale risque d’être sanglante.

La Russie a beaucoup à perdre
Le commissaire européen chargé du Commerce Karel de Gucht l’expliquait récemment, l’entrée de la Russie dans l’OMC “va faciliter les investissements et le commerce, permettre d’accélérer la modernisation de l’économie russe et offrir de nombreuses opportunités commerciales pour les entreprises russes et européennes”.

Dit de manière moins diplomatique, cette ouverture va contribuer à détruire de nombreux pans de l’économie russe, dont les activités seront assurées par des compagnies étrangères, notamment européennes.

Seuls les secteurs dans lesquels la Russie a déjà un avantage, à savoir l’énergie et l’agriculture, sauront résister. D’ailleurs, le Kremlin a réussi à préserver des barrières douanières pour ces deux domaines d’activités. Par exemple, les droits de douane dans l’agriculture vont passer de 13% à 10% sur les produits agricoles.

Quel est l’intérêt de Poutine ?
Comprendre tous les ressors de la stratégie russe s’avère difficile, tant les calculs politiques ne sont jamais loin des calculs économiques. Deux constats peuvent cependant être faits :

    - L’industrie russe va souffrir

Le Kremlin semble conscient du besoin de modernisation. C’est tout l’objet de la création, sur le modèle chinois d’ailleurs, des zones économies spéciales (ZES). Elles sont situées à Zelenograd et Dubna près de Moscou, ainsi qu’à Elabuga et Lipetsk. En prime, la R&D sera soutenue grâce au projet de pôle technologique de Skolkovo près de Moscou.

Mais en attendant que ces projets décollent, l’industrie russe va souffrir de cette mise en concurrence à l’international.

    - La population va en profiter

Grâce à l’ouverture des frontières commerciales, le coût des importations va baisser.

Car en dehors de l’énergie et des mines, la Russie compte énormément sur les importations. La balance commerciale russe est d’ailleurs largement déficitaire : c’est le cas dans les produits manufacturés (-142 milliards de dollars en 2011) ou les machines et équipements de transport (-73 milliards de dollars).

Ainsi, l’adhésion à l’OMC va permettre de redonner du pouvoir d’achat à la population russe.

Mon conseil
L’ouverture d’un marché de 143 millions de consommateurs est la principale avancée que je vois à l’adhésion de la Russie à l’OMC. Des constructeurs comme Renault l’ont bien compris, et on décidé de s’implanter en Russie très tôt alors que les autres constructeurs n’avaient d’yeux que pour la Chine.

Pour profiter de manière globale de l’adhésion russe à l’OMC, je vous propose de vous intéresser à un autre domaine, celui des transports. Avec l’accélération des échanges, les transports, par rail, avion et/ou bateau vont profiter aux compagnies de transports.

Ainsi Aeroflot dans l’aérien, et Novorossiysk Sea Port dans le portuaire devraient profiter de l’entrée de la Russie dans l’OMC.



Par Florent Detroy


http://www.tribuforex.fr/img_vrac_2/EMPD.PNG




signature forex
Recommander ce post :
 

Accueil
  •  » Analyses fondamentales » 

    La Russie va-t-elle connaître un décollage “à la chinoise” ?



  • Pages: 1