La masse monétaire est le volume de monnaie en circulation à un instant T. Ce sont les autorités monétaires (les banques centrales) qui déterminent quel doit être la progression de ce volume. La masse monétaire découle donc de la politique monétaire. Pour mesurer la masse monétaire, on utilise des agrégats. Définissons ce que l’on entend par ces agrégats :

– Les agrégats monétaires au sens strict : Ce sont l’ensemble des moyens de paiements détenus par les agents. Ces agrégats se partage en 2 sous catégories. La première est la monnaie fiduciaire (pièces et billets) qui prennent leur valeur dans la confiance qu’on leur accorde. La deuxième est la monnaie scripturale (chèques) qui prend sa valeur par 1 écriture.

– Les agrégats monétaires au sens large : Ce sont les agrégats au sens strict ainsi que tous les actifs financiers qui peuvent être transformés en moyens de paiement immédiat (livret de caisse d’epargne.)

– Les agrégats de placements : C’est l’épargne durable telle que les PEA, les bons du trésor..

Les agrégats sont donc différenciés par le degré de liquidité des éléments qui les composent, du plus liquide au moins liquide. Dans le langage officiel des banques centrales, voici les différents agrégats :

– M1 : Les billets + les pièces + les dépôts a vue (compte courant)

– M2 : M1 + Livret A + PEL + Codevi

– M3 : M2 + Dépôts à terme + OPCVM + SICAV + bons du trésor + billet de trésorerie

Aujourd’hui, la masse monétaire devient de moins en moins liquide car moins la monnaie est liquide, plus elle est rémunéré. Toutefois, la notion de masse monétaire ne se limite pas aux formes liquides de la monnaie. Il faut aussi tenir compte des agrégats de placements qui constituent une réserve de pouvoir d’achat pour les agents économiques. (Appelés P1, P2, P3).

Il faut noter que l’agrégat retenu par la banque centrale pour définir sa politique monétaire est M3. La création monétaire ne doit pas être abusive car il en découle de l’inflation. Toutefois, toutes les banques centrales ne se fixe pas de limite et n’ont pas pour principale objectif la lutte contre l’inflation mais plutôt la croissance de leur économie.

 

La notion de contrepartie de la masse monétaire :

Toutes monnaies sont créées en fonction de contreparties. Les contreparties sont les sources de la création monétaire, elles expliquent à quelles occasion la monnaie a été crée. Il existe deux familles de contreparties :

– Les créances nettes sur l’extérieur : Les entrées de devises étrangeres au sein d’un pays augmentent la masse monétaire. On prend alors en compte l’ensemble des devises détenues par les instituions financieres. L’or est également une contrepartie

– Le crédit interne net : Ce sont les créances sur le trésor public détenues par la banque centrale

– Les créances sur l’économie : Ce sont l’ensemble des crédits accordés aux agents économiques par l’Etat. En effet, le crédit c’est accorder un pouvoir d’achat qui à la base n’existait pas.

 

Les mécanisme de la création monétaire :

Deux mécanismes expliquent la création monétaire :

– Le multiplicateur de dépôts : C’est le fait que sont les crédits des un qui font les dépôts des autres. . Les banques collecte l’épargne d’échéances diverses des acteurs économiques. Ces banques utilisent ces dépôts pour accorder des prets. Les agents économiques sont donc préteur involontaire. La banque est intermédiaire qui joue un rôle de transformation. Elle transforme les dépôts d’épargne (parfois court) en pret long. Potentiellement, une partie de ce crédit (la grande partie étant utilisée pour la consommation ou l’investissement) pourra être déposé dans la meme banque ou une autre. Cette banque recevant alors un nouveau dépôt pourra alors accorder un nouveau crédit. C’est l’un des mécanismes de la création monétaire. Ce phénomene peut donc être qualifié d’automatisé car les banques créent de la masse monétaire sans le vouloir.

Toutefois, ce mécanisme est contrôlé par les banques centrales. En effet, les banques commerciales n’ont pas le droit de prêter intégralement le montant du dépôt qu’elles sont reçu. Une partie doit être mise en réserve (fraction donné par le taux de réserve obligatoire). C’est l’un des instruments privilégié de la politique monétaire aux Etats Unis. De plus la bas, l’argent mis en réserve n’est pas rémunéré au contraire de la BCE qui elle rémunere les comptes de réserves des banques commerciales. Pour réduire l’augmentation de la masse monétaire, il suffit donc à la banque centrale d’augmenter le taux de réserves obligatoires.

– Le diviseur de crédit : C’est le mécanisme de création monétaire par l’endettement. Les banques commerciales cherchent à maximiser leurs profits et donc par conséquent vont vouloir accorder un maximum de crédit. Pour obtenir de l’argent, outres les dépôts, elles peuvent l’obtenir en empruntant auprès de la banque centrale. La banque centrale ne peut pas refuser de prêter à une banque car c’est son rôle de prêteur de dernier recours. Ce refinancement des banques n’est pas gratuit et c’est le taux de refinancement de la banque centrale qui sera appliqué. Ainsi, plus les taux directeurs sont bas, plus la création monétaire sera importante. Toutefois, le montant que les banques commerciales peuvent emprunter a la banque centrale n’est pas illimité. Chaque semaine, la banque centrale alloue un montant qui sera répartis en fonction des banques commerciales qui offrent le taux le plus élevé.

Plus d’information:

 

La création monétaire
Noté cette article